Ressources

Références musicales des épisodes

Générique : MLFMBH – Mistress Bomb H Episode 1 : Tri Martolod – Nolwenn Leroy
Mantissa – Marina Satti
Episode 3 : Blow et Mountains – Les Amirales
Summer Spliffs – Broke For Free


Notices biographiques

>> Épisode 2

Dahut ou Dahud : personnage du légendaire breton, elle est la fille de Gradlon, roi de Cornouaille. Sur la ville d’Ys, elle règne en femme libre et change d’amant tous les soirs, ce qui lui vaudra comme punition la submersion de son royaume. Dans la mythologie celte, Dahut était un personnage inspiré de la figure d’une déesse mère. La religion catholique a par la suite modifié son image, en en faisant une incarnation du péché.

Anne de Bretagne (1477, Nantes – 1514, Rennes): duchesse de Bretagne dont le mariage, à l’âge de 14 ans, avec Charles VIII, puis avec Louis XII, sont des étapes marquantes dans l’union du duché au royaume de France. Elle meurt reine en 1514, malade et usée par de nombreuses maternités et fausses couches. Personnage historique extrêmement populaire en Bretagne, elle a inspiré de multiples créations, a donné son nom à des bâtiments, rues, sites historiques… Sa mémoire s’est transformée en mythe et traverse l’imaginaire collectif, avec des traits de personnalité et des intentions très variables.

Sainte-Anne : sainte parmi les saints bretons de l’Armorique primitive, elle fait l’objet d’une christianisation et est assimilée à la mère de la Vierge Marie. Différentes légendes font aussi d’elles une princesse bretonne. Vénérée entre autres à Sainte-Anne-la-Palud dans le Finistère et à Sainte-Anne-d’Auray dans le Morbihan, elle est la sainte patronne de la Bretagne depuis le 19è siècle, ce qui lui vaut le surnom de “Mamm gozh ar Vretoned”, la “grand-mère des Bretons”. 

Marie-Louise Tromel, dite Marion du Faouët (1717, Le Faouët – 1755, Quimper) : voleuse par nécessité dans son enfance, puis voleuse de grand chemin, elle prend la tête d’une bande de brigands qui dépouille négociants, commerçants et paysans en Cornouaille. Arrêtée à plusieurs reprises, marquée au fer rouge d’un “V” pour “voleuse”, elle est pendue en 1755. Volontiers idéalisée en Bretagne, elle est souvent présentée comme une “Robin des bois en jupe”, une “brigande au grand coeur”, une “rebelle” réinventée en icône féministe.

Naïa : surnom donné à une femme considérée comme une sorcière et plus probablement guérisseuse, qui a vécu à Rochefort-en-Terre dans le Morbihan au 19è siècle. Un musée des arts fantastiques et visionnaires porte son nom, le Naïa Museum, et sa figure a inspiré des romans jeunesses et des créations musicales.

>> Épisode 3

Jeannine Guillou (Concarneau, 1909 – Nice) : artiste initiée très jeune à la peinture, elle intègre en 1926 l’école des Arts décoratifs de Nice, avant d’épouser un peintre polonais, avec qui elle parcourt à pied les Carpates, revient en France puis s’embarque pour le Maroc. En 1937, elle y rencontre le tout juste Nicolas de Staël, alors peintre débutant. Avec lui, elle explore et peint le Maghreb, puis l’Italie, avant de s’installer à Nice. Le jeune couple vit (chichement) grâce à la vente des tableaux qu’elle peint. Malade, fragilisée par les privations, Jeannine Guillou meurt en 1946 des suites d’un avortement thérapeutique. Elle laisse derrière elle de nombreuses toiles inspirées par ‘Afrique ainsi que des portraits, mais son nom est totalement éclipsé par celui de Nicolas de Staël.

Clotilde Vautier (1939, Cherbourg – 1968, Rennes) : artiste peintre formée à l’école des Beaux-Arts du Mans puis de Rennes, où elle rencontre Antonio et Mariano Otero, deux frères issus d’une famille de réfugiés espagnols avec qui elle forme L’Atelier des Trois. De son mariage avec Antonio Otero naissent deux filles, en 1962 et 1963. A cette même période, Clotilde Vautier expose régulièrement dans des galeries rennaises et bretonnes. En 1967, elle obtient le deuxième prix au concours de la Casa Velasquez. Alors qu’une carrière et une reconnaissance nationales se présentent à elle, elle meurt brutalement des suites d’un avortement clandestin. Le film Histoire d’un secret, réalisé en 2003 par sa fille, Mariana Otero, dévoile ce tragique destin et les promesses d’une oeuvre interrompue.

– Association Les amis du peintre Clotilde Vautier : https://clotildevautier.fr/
– Clotilde Vautier sur le site de AWARE(Archives of Women Artists, Research and Exhibitions) : https://awarewomenartists.com/artiste/clotilde-vautier/
– “A partir de Clotilde Vautier, point de vue sur la création et la reconnaissance des plasticiennes”, conférence de Fabienne Dumont, mars 2018 : https://hfbretagne.com/2019/05/28/a-partir-de-clotilde-vautier-point-de-vue-feministe-sur-la-creation-et-la-reconnaissance-des-plasticiennes-par-fabienne-dumont/
– Le film Histoire d’un secret, Mariana Otero, 2003 : http://www.film-documentaire.fr/4DACTION/w_fiche_film/11766Le livre sur l’oeuvre de Clotilde Vautier : https://clotildevautier.fr/?page_id=15
– Le film Histoire d’un secret, Mariana Otero, 2003 : http://www.film-documentaire.fr/4DACTION/w_fiche_film/11766
– Le livre sur l’oeuvre de Clotilde Vautier : https://clotildevautier.fr/?page_id=15